Le mandat de recherche est-il une fausse bonne idée ?

Avant de répondre à cette question, il est important de définir ce qu’est un mandat de recherche. Un mandat de recherche permet à un client acquéreur de mandater un conseiller immobilier pour lui trouver le bien qui correspond aux critères qu’il a définit. Ce type de mandat est le reflet de ce qu’il se passe dans l’émission chasseur d’appartement sur M6.

« Je n’ai pas le temps ! »

Dans certains cas, le mandat de recherche est utilisé par des clients qui ne peuvent pas accorder de temps à leur recherche immobilière. Effectivement, un pilote de ligne aura par exemple assez peu de temps pour cela. Une question se pose alors. Si le conseiller immobilier lui trouve le bien correspondant à ses attentes, le client aura t’il assez de temps pour venir le visiter, aura t’il la possibilité de venir rapidement avant que le bien soit vendu ? En effet, c’est le client qui effectuera la décision d’achat par le biais de la signature du compromis de vente.

Ce même client aurait aussi pu définir sur les grands portails tels que Seloger, Ouest-France, Leboncoin ses critères afin d’être alerter lors de la sortie du bien. Toutefois, il est vrai qu’il est parfois dure de juger un bien sur photos.

C’est d’ailleurs, pour cela, que nous proposons la vidéo des biens afin de les visualiser davantage.

Le mouton à 5 pattes

« Cela fait 2 ans que je cherche, il n’y a rien qui m’a plu. Les agences me proposent que des biens intéressants ». Voici parfois, la première phrase que va prononcer le client acquéreur au conseiller immobilier. Et, fort de cette déclaration, le mandat de recherche va être signé pour le client puisse enfin rapidement acheter le bien de ses rêves. 

C’est un leurre. En effet, les agences immobilières et autres mandataires qui travaillent en mandat simple ou exclusif n’ont pas mal fait leur travail. Il s’agit seulement d’un client qui à des désirs qui ne sont soit pas en adéquation avec la localisation souhaitée soit avec le budget qu’il souhaite ou peu engagé.

D’ailleurs, seulement 45 % des français achèteront un bien correspondant à ses critères. 

Au delà de cette statistique, et fort de notre expérience, nous constatons qu’au fil du temps, le client fait évoluer ses critères pour finalement aboutir à un mouton à 4 pattes. Ce mouton devient donc trouvable.

Il donc primordial pour nous, mandataires immobiliers, de suivre nos acquéreurs en faisant régulièrement un point avec eux afin de suivre l’évolution de leur réflexion et de leurs critères.

Si un véritable suivi est réalisé, un mandat de recherche est parfaitement inutile.

L’ absence de mandat

Plaçons nous désormais du côté des professionnels de l’immobilier. Monsieur X a confié un mandat de recherche au chasseur d’appartement Y. Le chasseur va donc se mettre en recherche auprès des différentes agences et des différents mandataires du secteur d’un ou de plusieurs biens à présenter à son client. 

Pourquoi cette démarche ?

La raison est simple, le chasseur n’a pas de mandat « vendeur ». Il n’a que des mandats « acquéreurs » (= mandat de recherche). 

Qu’est-ce qui est compliqué dans notre métier ? Le plus compliqué est de trouver des vendeurs.

Un marché tendu

A l’heure actuelle, le marché immobilier est un marché dit « tendu ». En effet, il y a en moyenne 1 bien pour 8 acquéreurs. Par conséquent, l’acquéreur doit aller vite pour prendre la décision de visiter ou non et aller vite pour prendre la décision ou non de se positionner sur le bien visité. Sur la commune de Brétignolles-sur-Mer, lorsque que nous mettons l’annonce d’un bien à vendre en ligne, moins de 30 min après les demandes de visites commencent à nous parvenir (par mail ou par téléphone). En effet, les clients acquéreurs ont défini des alertes sur les grands portails immobiliers. De ce fait, passer par un chasseur de biens augmente le délai de décision de l’éventuel acquéreur de visiter le bien immobilier et peut lui faire rater des affaires.

Selon nous le mandat de recherche est donc une mauvaise idée tant que l’offre de biens immobiliers est nettement inférieure à la demande. En revanche, il est vrai que si l’offre devient supérieure à la demande, le client signant un mandat de recherches se verra proposer un choix de biens susceptibles de l’intéresser.