Cinquième article pour Le Journal des Sables et Le Courrier Vendéen

La règle d’or dans l’immobilier : l’emplacement.

L’immobilier reste une valeur refuge toutefois il est important de bien choisir l’emplacement de votre acquisition immobilière.

Il y a le ciel, le soleil et la mer …

La chanson est presque vraie car la mer est remplacée par l’océan en Vendée. Nombre d’acheteurs veulent avoir une maison avec une vue sur l’océan. Cette carte postale est de plus en plus difficile à obtenir. 2 raisons à cela. La première est bien évidemment la faible offre. En effet, les propriétaires d’une telle vue ne souhaitent pas vendre leur bien immobilier et nous les comprenons. La seconde raison est l’envolée des prix. Dans un précédent article, nous avions vu que les prix avaient augmenté en flèche depuis la covid. C’est encore plus le cas pour les biens avec une telle vue.

La solution peut être donc la seconde ou troisième ligne. Vous n’aurez certes pas la vue sur l’océan mais vous aurez la possibilité de vous rendre tranquillement à la page à pied. L’offre est un peu plus large que la première ligne sans pour autant être pléthorique. 

Bien évidemment, plus vous vous éloignez de la plage, plus les prix diminuent et l’offre sera plus large. Attention toutefois à ne pas trop vous éloigner de la plage car en cas de revente cette distance est un critère très important. Privilégiez si possible une distance inférieure à 1000 mètres.

Dernière chose, il y a une grande différence entre l’océan et la plage. En effet, l’océan ne signifie pas toujours une plage accessible aux baigneurs. Pensez-y en cas de revente.

Il n’y a pas que l’océan comme critère !

En effet, accéder à pied à la plage est une chose mais il ne faut pas négliger les aspects pratiques de la vie quotidienne. Il est aussi important d’être proche des commerces de proximité et des médecins. Vous le savez, plus nous vieillissons moins nous souhaitons être tributaire de notre véhicule. D’ailleurs, la flambée du prix de l’essence renforce cette demande de proximité.

La bonne question est donc de quels commerces ou services être le plus proche.

La première réponse est un commerce alimentaire type supérette. Je parle volontairement de supérette et non d’hypermarché qui engendre des nuisances sonores liées à l’afflux des clients. Les clichés ont la vie dure mais aux Etats-Unis, les américains nous voient avec un béret et une baguette de pain sous le bras. L’autre critère est donc la boulangerie.

La seconde réponse est liée à l’offre de services médicaux à savoir une pharmacie et un cabinet médical. L’hôpital quant à lui est apprécié quand il ne dépasse pas 20 km de distance du lieu d’habitation.

Les différences entre les villes du littoral

On me demande souvent pourquoi certaines communes du littoral vendéen sont moins chères que d’autres.

La réponse est simple. Les commodités. En effet, nombre de villes vivent essentiellement l’été et voient en hors saison beaucoup de leurs commerces fermés. Par conséquent, le prix au m2 de ces villes est plus faible car l’offre de services de proximité est partielle et saisonnière.

Et pourquoi ne pas acheter bien plus loin ?

La vendée ce n’est pas que l’océan, c’est aussi nos campagnes en rétro-littoral, dans le bocage …

Il n’y a pas que le critère du budget qui peut vous pousser à choisir d’habiter plus loin de l’océan. Le rétro-littoral a de nombreux avantages. 

Le premier ? L’espace. Il est vrai que les jardins sont bien plus grands et que les maisons ont de plus grands volumes

Le second ? C’est bien évidemment le fait d’avoir moins de monde l’été. Oubliez les embouteillages, les soucis de stationnement et les nuisances sonores qui en découlent. Un dernier pour la route ? La 4G ! Chaque été, cela bouchonne au niveau du débit. D’ailleurs, les différentes municipalités mettent la pression aux opérateurs mobiles.

Vous l’avez compris, peu importe où vous vivez en Vendée le principal est de vous sentir bien dans votre bien immobilier.

Lien vers l’article : ICI